LinkBack
09-07-05, 07:57 AM   #1

:: ::

 
  MuseE LouvrE

 
: May 2009
: 486514
: Ĩη Ṫђĕ Ŗąίη
: 2,833
: 1.50
:
:
Rep Power: 270659007
MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE

: English forum
Thumbs up


Blanche neige et les sept nains

Cela se passait en plein hiver et les flocons de neige tombaient du ciel comme un duvet lger. Une reine tait assise sa fentre encadre de bois d'bne et cousait. Tout en tirant l'aiguille, elle regardait voler les blancs flocons. Elle se piqua au doigt et trois gouttes de sang tombrent sur la neige. Ce rouge sur ce blanc faisait si bel effet qu'elle se dit : Si seulement j'avais un enfant aussi blanc que la neige, aussi rose que le sang, aussi noir que le bois de ma fentre ! Peu de temps aprs, une fille lui naquit ; elle tait blanche comme neige, rose comme sang et ses cheveux taient noirs comme de l'bne. On l'appela Blanche-Neige. Mais la reine mourut en lui donnant le jour.
Au bout d'une anne, le roi pousa une autre femme. Elle tait trs belle ; mais elle tait fire et vaniteuse et ne pouvait souffrir que quelqu'un la surpasst en beaut. Elle possdait un miroir magique. Quand elle s'y regardait en disant :
Miroir, miroir joli,
Qui est la plus belle au pays ?
Le miroir rpondait :
Madame la reine, vous tes la plus belle au pays.
Et elle tait contente. Elle savait que le miroir disait la vrit. Blanche-Neige, cependant, grandissait et devenait de plus en plus belle. Quand elle eut atteint ses dix-sept ans elle tait dj plus jolie que le jour et plus belle que la reine elle-mme. Un jour que celle-ci demandait au miroir :
Miroir, miroir joli,
Qui est la plus belle au pays ?
Celui-ci rpondit :
Madame la reine, vous tes la plus belle ici
Mais Blanche-Neige est encore mille fois plus belle.
La reine en fut pouvante. Elle devint jaune et verte de jalousie. À partir de l, chaque fois qu'elle apercevait Blanche-Neige, son cur se retournait dans sa poitrine tant elle prouvait de haine son gard. La jalousie et l'orgueil croissaient en elle comme mauvaise herbe. Elle en avait perdu le repos, le jour et la nuit. Elle fit venir un chasseur et lui dit :
- Emmne l'enfant dans la fort ! je ne veux plus la voir. Tue-la et rapporte-moi pour preuve de sa mort ses poumons et son foie.
Le chasseur obit et conduisit Blanche-Neige dans le bois. Mais quand il eut dgain son poignard pour en percer son cur innocent, elle se mit pleurer et dit :
- 0, cher chasseur, laisse-moi la vie ! je m'enfoncerai au plus profond de la fort et ne rentrerai jamais la maison.
Et parce qu'elle tait belle, le chasseur eut piti d'elle et dit :
- Sauve-toi, pauvre enfant !
Les btes de la fort auront tt fait de te dvorer ! songeait-il. Et malgr tout, il se sentait soulag de ne pas avoir d la tuer. Un marcassin passait justement. Il le tua de son poignard, prit ses poumons et son foie et les apporta la reine comme preuves de la mort de Blanche-Neige. Le cuisinier reut ordre de les apprter et la mchante femme les mangea, s'imaginant qu'ils avaient appartenu Blanche-Neige.
La pauvre petite, elle, tait au milieu des bois, toute seule. Sa peur tait si grande qu'elle regardait toutes les feuilles de la fort sans savoir ce qu'elle allait devenir. Elle se mit courir sur les cailloux pointus et travers les pines. Les btes sauvages bondissaient autour d'elle, mais ne lui faisaient aucun mal. Elle courut jusqu'au soir, aussi longtemps que ses jambes purent la porter. Elle aperut alors une petite maisonnette et y pntra pour s'y reposer. Dans la maisonnette, tout tait minuscule, gracieux et propre. On y voyait une petite table couverte d'une nappe blanche, avec sept petites assiettes et sept petites cuillres, sept petites fourchettes et sept petits couteaux, et aussi sept petits gobelets. Contre le mur, il y avait sept petits lits aligns les uns ct des autres et recouverts de draps tout blancs. Blanche-Neige avait si faim et si soif qu'elle prit dans chaque assiette un peu de lgumes et de pain et but une goutte de vin dans chaque gobelet : car elle ne voulait pas manger la portion tout entire de l'un des convives. Fatigue, elle voulut ensuite se coucher. Mais aucun des lis ne lui convenait ; l'un tait trop long, l'autre trop court. Elle les essaya tous. Le septime, enfin, fut sa taille. Elle s'y allongea, se confia Dieu et s'endormit.
Quand la nuit fut compltement tombe, les propritaires de la maisonnette arrivrent. C'tait sept nains qui, dans la montagne, travaillaient la mine. Ils allumrent leurs sept petites lampes et quand la lumire illumina la pice, ils virent que quelqu'un y tait venu, car tout n'tait plus tel qu'ils l'avaient laiss.
- Le premier dit : Qui s'est assis sur ma petite chaise ?
- Le deuxime : Qui a mang dans ma petite assiette ?
- Le troisime : Qui a pris de mon pain ?
- Le quatrime : Qui a mang de mes lgumes ?
- Le cinquime : Qui s'est servi de ma fourchette ?
- Le sixime : Qui a coup avec mon couteau ?
- Le septime : Qui a bu dans mon gobelet ?
Le premier, en se retournant, vit que son lit avait t drang.
- Qui a touch mon lit ? dit-il.
Les autres s'approchrent en courant et chacun s'cria :
- Dans le mien aussi quelqu'un s'est couch !
Mais le septime, quand il regarda son lit, y vit Blanche-Neige endormie. Il appela les autres, qui vinrent bien vite et poussrent des cris tonns. Ils prirent leurs sept petites lampes et clairrent le visage de Blanche-Neige.
- Seigneur Dieu ! Seigneur Dieu ! s'crirent-ils ; que cette enfant est jolie !
Ils en eurent tant de joie qu'ils ne l'veillrent pas et la laissrent dormir dans le petit lit. Le septime des nains coucha avec ses compagnons, une heure avec chacun, et la nuit passa ainsi.
Au matin, Blanche-Neige s'veilla. Quand elle vit les sept nains, elle s'effraya. Mais ils la regardaient avec amiti et posaient dj des questions :
- Comment t'appelles-tu ?
- Je m'appelle Blanche-Neige, rpondit-elle.
- Comment es-tu venue jusqu' nous ?
Elle leur raconta que sa belle-mre avait voulu la faire tuer, mais que le chasseur lui avait laiss la vie sauve et qu'elle avait ensuite couru tout le jour jusqu' ce qu'elle trouvt cette petite maison. Les nains lui dirent :
- Si tu veux t'occuper de notre mnage, faire manger, faire les lits, laver, coudre et tricoter, si tu tiens tout en ordre et en propret, tu pourras rester avec nous et tu ne manqueras de rien.
- D'accord, d'accord de tout mon cur, dit Blanche-Neige.
Et elle resta auprs d'eux. Elle s'occupa de la maison. le matin, les nains partaient pour la montagne o ils arrachaient le fer et l'or ; le soir, ils s'en revenaient et il fallait que leur repas ft prt. Toute la journe, la jeune fille restait seule ; les bons petits nains l'avaient mise en garde :
- Mfie-toi de ta belle-mre ! Elle saura bientt que tu es ici ; ne laisse entrer personne !

La reine, cependant, aprs avoir mang les poumons et le foie de Blanche-Neige, s'imaginait qu'elle tait redevenue la plus belle de toutes. Elle se mit devant son miroir et demanda :
Miroir, miroir joli,
Qui est la plus belle au pays ?
Le miroir rpondit :
Madame la reine, vous tes la plus belle ici,
Mais, par-del les monts d'airain,
Auprs des gentils petits nains,
Blanche-Neige est mille fois plus belle.
La reine en fut bouleverse ; elle savait que le miroir ne pouvait mentir. Elle comprit que le chasseur l'avait trompe et que Blanche-Neige tait toujours en vie. Elle se creusa la tte pour trouver un nouveau moyen de la tuer car aussi longtemps qu'elle ne serait pas la plus belle au pays, elle savait que la jalousie ne lui laisserait aucun repos. Ayant finalement dcouvert un stratagme, elle se farda le visage et s'habilla comme une vieille marchande ambulante. Elle tait mconnaissable.
Ainsi dguise, elle franchit les sept montagnes derrire lesquelles vivaient les sept nains. Elle frappa la porte et dit :
- J'ai du beau, du bon vendre, vendre !
Blanche-Neige regarda par la fentre et dit :
- Bonjour, cher Madame, qu'avez-vous vendre ?
- De la belle, de la bonne marchandise, rpondit-elle, des corselets de toutes les couleurs.
Elle lui en montra un tress de soie multicolore.
Je peux bien laisser entrer cette honnte femme ! se dit Blanche-Neige. Elle dverrouilla la porte et acheta le joli corselet.
- Enfant ! dit la vieille. Comme tu t'y prends ! Viens, je vais te l'ajuster comme il faut !
Blanche-Neige tait sans mfiance. Elle se laissa passer le nouveau corselet. Mais la vieille serra rapidement et si fort que la jeune fille perdit le souffle et tomba comme morte.
- Et maintenant, tu as fini d'tre la plus belle, dit la vieille en s'enfuyant.
Le soir, peu de temps aprs, les sept nains rentrrent la maison. Quel effroi fut le leur lorsqu'ils virent leur chre Blanche-Neige tendue sur le sol, immobile et comme sans vie ! Ils la soulevrent et virent que son corselet la serrait trop. Ils en couprent vite le cordonnet. La jeune fille commena respirer doucement et, peu peu, elle revint elle. Quand les nains apprirent ce qui s'tait pass, ils dirent :
- La vieille marchande n'tait autre que cette mcrante de reine. Garde-toi et ne laisse entrer personne quand nous ne serons pas l !
La mchante femme, elle, ds son retour au chteau, s'tait place devant son miroir et avait demand :
Miroir, Miroir joli,
Qui est la plus belle au pays ?
Une nouvelle fois, le miroir avait rpondu :
Madame la reine, vous tes la plus belle ici.
Mais, par-del les monts d'airain,
Auprs des gentils petits nains,
Blanche-Neige est mille fois plus belle.
Quand la reine entendit ces mots, elle en fut si bouleverse qu'elle sentit son cur touffer. Elle comprit que Blanche-Neige avait recouvr la vie.
- Eh bien ! dit-elle, je vais trouver quelque moyen qui te fera disparatre tout jamais !
Par un tour de sorcellerie qu'elle connaissait, elle empoisonna un peigne. Elle se dguisa nouveau et prit l'aspect d'une autre vieille femme.
Elle franchit ainsi les sept montagnes en direction de la maison des sept nains, frappa la porte et cria :
- Bonne marchandise vendre !
Blanche-Neige regarda par la fentre et dit :
- Passez votre chemin ! je n'ai le droit d'ouvrir quiconque.
- Mais tu peux bien regarder, dit la vieille en lui montrant le peigne empoisonn. Je vais te peigner joliment.
La pauvre Blanche-Neige ne se douta de rien et laissa faire la vieille ; peine le peigne eut-il touch ses cheveux que le poison agit et que la jeune fille tomba sans connaissance.
- Et voil ! dit la mchante femme, c'en est fait de toi, prodige de beaut !
Et elle s'en alla. Par bonheur, le soir arriva vite et les sept nains rentrrent la maison. Quand ils virent Blanche-Neige tendue comme morte sur le sol, ils songrent aussitt la martre, cherchrent et trouvrent le peigne empoisonn. Ds qu'ils l'eurent retir de ses cheveux, Blanche-Neige revint elle et elle leur raconta ce qui s'tait pass. Ils lui demandrent une fois de plus d'tre sur ses gardes et de n'ouvrir personne.
Rentre chez elle, la reine s'tait place devant son miroir et avait demand :
Miroir, miroir joli,
Qui est la plus belle au Pays ?
Comme la fois prcdente, le miroir rpondit :
Madame la reine, vous tes la plus belle ici.
Mais, par-del les monts d'airain,
Auprs des gentils petits nains,
Blanche-Neige est mille fois plus belle.
Quand la reine entendit cela, elle se mit trembler de colre.
- Il faut que Blanche-Neige meure ! s'cria-t-elle, duss-je en prir moi-mme !
Elle se rendit dans une chambre sombre et isole o personne n'allait jamais et y prpara une pomme empoisonne. Extrieurement, elle semblait belle, blanche et rouge, si bien qu'elle faisait envie quiconque la voyait ; mais il suffisait d'en manger un tout petit morceau pour mourir.
Quand tout fut prt, la reine se farda le visage et se dguisa en paysanne. Ainsi transforme, elle franchit les sept montagnes pour aller chez les sept nains. Elle frappa la porte. Blanche-Neige se pencha la fentre et dit :
- Je n'ai le droit de laisser entrer quiconque ici ; les sept nains me l'ont interdit.
- D'accord ! rpondit la paysanne. J'arriverai bien vendre mes pommes ailleurs ; mais je vais t'en offrir une.
- Non, dit Blanche-Neige, je n'ai pas le droit d'accepter quoi que ce soit.
- Aurais-tu peur d'tre empoisonne ? demanda la vieille. Regarde : je partage la pomme en deux ; tu mangeras la moiti qui est rouge, moi, celle qui est blanche.
La pomme avait t traite avec tant d'art que seule la moiti tait empoisonne. Blanche-Neige regarda le fruit avec envie et quand elle vit que la paysanne en mangeait, elle ne put rsister plus longtemps. Elle tendit la main et prit la partie empoisonne de la pomme. À peine y eut-elle mis les dents qu'elle tomba morte sur le sol. La reine la regarda de ses yeux mchants, ricana et dit :
- Blanche comme neige, rose comme sang, noir comme bne ! Cette fois-ci, les nains ne pourront plus te rveiller !
Et quand elle fut de retour chez elle, et demanda au miroir :
Miroir, miroir joli,
Qui est la plus belle au pays ?
Celui-ci rpondit enfin :
Madame la reine, vous tes la plus belle au pays.
Et son cur jaloux trouva le repos, pour autant qu'un cur jaloux puisse le trouver.
Quand, au soir, les petits nains arrivrent chez eux, ils trouvrent Blanche-Neige tendue sur le sol, sans souffle. Ils la soulevrent, cherchrent s'il y avait quelque chose d'empoisonn, dfirent son corselet, coiffrent ses cheveux, la lavrent avec de l'eau et du vin. Mais rien n'y fit : la chre enfant tait morte et morte elle restait. Ils la placrent sur une civire, s'assirent tous les sept autour d'elle et pleurrent trois jours durant. Puis ils se prparrent l'enterrer. Mais elle tait reste frache comme un tre vivant et ses jolies joues taient roses comme auparavant.
Ils dirent :
- Nous ne pouvons la mettre dans la terre noire.
Ils fabriqurent un cercueil de verre transparent o on pourrait la voir de tous les cts, l'y installrent et crivirent dessus son nom en lettres d'or, en ajoutant qu'elle tait fille de roi. Ils portrent le cercueil en haut de la montagne et l'un d'eux, sans cesse, monta la garde auprs de lui.
Longtemps Blanche-Neige resta ainsi dans son cercueil toujours aussi jolie. Il arriva qu'un jour un prince qui chevauchait par la fort s'arrta la maison des nains pour y passer la nuit. Il vit le cercueil au sommet de la montagne, et la jolie Blanche-Neige. Il dit aux nains :
- Laissez-moi le cercueil ; je vous en donnerai ce que vous voudrez.
Mais les nains rpondirent :
- Nous ne vous le donnerons pas pour tout l'or du monde.
Il dit :
- Alors donnez-le-moi pour rien ; car je ne pourrai plus vivre sans voir Blanche-Neige ; je veux lui rendre honneur et respect comme ma bien-aime.
Quand ils entendirent ces mots, les bons petits nains furent saisis de compassion et ils lui donnrent le cercueil. Le prince le fit emporter sur les paules de ses serviteurs. Comme ils allaient ainsi, l'un d'eux buta sur une souche. La secousse fit glisser hors de la gorge de Blanche-Neige le morceau de pomme empoisonne qu'elle avait mang. Bientt aprs, elle ouvrit les yeux, souleva le couvercle du cercueil et se leva. Elle tait de nouveau vivante !
- Seigneur, o suis-je ? demanda-t-elle.
- Auprs de moi, rpondit le prince, plein d'allgresse.
Il lui raconta ce qui s'tait pass, ajoutant :
- Je t'aime plus que tout au monde ; viens avec moi, tu deviendras ma femme.
Blanche-Neige accepta. Elle l'accompagna et leurs noces furent clbres avec magnificence et splendeur.
La mchante reine, belle-mre de Blanche-Neige, avait galement t invite au mariage. Aprs avoir revtu ses plus beaux atours, elle prit place devant le miroir et demanda :
Miroir, miroir joli,
Qui est la plus belle au pays ?
Le miroir rpondit :
Madame la reine, vous tes la plus belle ici,
Mais la jeune souveraine est mille fois plus belle.
La mchante femme profra un affreux juron et elle eut si peur, si peur qu'elle en perdit la tte.

 


__________________





I miss you
And I need to tell you something from my heart
I remember your love
I cant forget your smile

MuseE LouvrE   
09-07-05, 08:48 AM   #2

:: ::

 
  ● н į κ α я ●

 
: Jun 2009
: 493919
: あ ぃ Ŧree f Heαveή あ ぃ
: 1,089
: 0.59
:
:
Rep Power: 92475616
● н į κ α я ●    ● н į κ α я ●    ● н į κ α я ●    ● н į κ α я ●    ● н į κ α я ●    ● н į κ α я ●    ● н į κ α я ●    ● н į κ α я ●    ● н į κ α я ●    ● н į κ α я ●    ● н į κ α я ●

: ● н į κ α я ● : English forum

Thank U Bro

 


__________________



.....




FightoOo
...

in Asian Forum




Domo Arigato Shinin' & Salam
● н į κ α я ●   
09-07-05, 09:08 AM   #3

:: ::

 
  MuseE LouvrE

 
: May 2009
: 486514
: Ĩη Ṫђĕ Ŗąίη
: 2,833
: 1.50
:
:
Rep Power: 270659007
MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE

: MuseE LouvrE : English forum

welcome

but am girl

 


__________________





I miss you
And I need to tell you something from my heart
I remember your love
I cant forget your smile

MuseE LouvrE   
09-07-05, 11:36 AM   #4

:: ::

 
  Lina angel

 
: Apr 2009
: 479145
: canada/Alperta
: 989
: 0.51
:
:
Rep Power: 21952868
Lina angel    Lina angel    Lina angel    Lina angel    Lina angel    Lina angel    Lina angel    Lina angel    Lina angel    Lina angel    Lina angel

: Lina angel : English forum

thanks

 


__________________


liveyourlifeasuwant


in my heart




я тебя люблю
И мне не стыдно закричать
О том, что это любовь.

Его слова на 3 минуты так прожгли мою кровь.
Я продолжаю повторять себе, что все хорошо,
Но понимаю, он мне нужен,
Нужен еще








lina

&
lana

Lina angel   
09-07-05, 12:11 PM   #5

:: ::

 
  MuseE LouvrE

 
: May 2009
: 486514
: Ĩη Ṫђĕ Ŗąίη
: 2,833
: 1.50
:
:
Rep Power: 270659007
MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE    MuseE LouvrE

: MuseE LouvrE : English forum

yslmo0o0 LinA

 


__________________





I miss you
And I need to tell you something from my heart
I remember your love
I cant forget your smile

MuseE LouvrE   

()




08:01 PM.

- - -

Powered by vBulletin® Version 3.8.7
Copyright ©2000 - 2014, Jelsoft Enterprises Ltd. ,
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.